Citations - Julio Cortázar

Un article de Famous Quotes, la ressource libre de citations.

Jump to: navigation, search

Julio Cortázar (1914 - 1984), écrivain argentin.

Sommaire

Œuvres

Façons de perdre

  • La lâcheté tend à projeter sur les autres la responsabilité qu'on refuse.

La barque ou nouvelle visite à Venise

  • Jusqu'à présent, il n'avait jamais été amoureux de ses maîtresses quelque chose en lui le poussait à les prendre trop vite pour avoir le temps de créer l'aura, la zone nécessaire de mystère et de désir afin d'organiser la chasse mentale qui pourrait un jour s'appeler amour.
  • La lâcheté tend à projeter sur les autres la responsabilité qu'on refuse.

Les armes secrètes

  • Si l'on pouvait déchirer et jeter le passé comme le brouillon d'une lettre ou les épreuves d'un livre... Mais il demeure obstinément et entache le texte définitif.

Marelle

  • Après quarante ans, c'est sur la nuque que nous portons notre véritable visage, regardant désespérément en arrière.
  • D'une cage de verre à l'autre, se regarder, s'isoler, se regarder : c'était tout.
  • Il n'y a que les aveugles de la logique et des bonnes mœurs qui peuvent se planter devant un Rembrandt et ne pas sentir qu'il y a là une fenêtre ouverte sur autre chose, un signe...
  • L'effigie de Janus, c'est du superflu ; en réalité, après quarante ans, c'est sur la nuque que nous portons notre véritable visage, regardant désespérément en arrière.
  • La raison ne nous sert qu'à disséquer la réalité dans le calme ou à analyser ses futures tempêtes, mais jamais à résoudre une crise sur l'instant.
  • Les contacts dans l'action, la race, le métier, le lit ou le stade étaient des contacts de branches et de feuilles qui s'entrelacent et se caressent d'arbre en arbre tandis que les troncs élèvent, dédaigneux, leur parallèles inconcilliables.

Quelques aspects du conte

  • En littérature, il n'y a pas de bons thèmes ni de mauvais thèmes, il y a seulement un bon ou un mauvais traitement du thème.
  • Il me semble que le thème d'où sortira un bon conte est toujours exceptionnel, mais je ne veux pas dire par là qu'un thème doive être extraordinaire, hors du commun, mystérieux ou insolite. Tout au contraire, il peut s'agir d'une anecdote parfaitement triviale et quotidienne. L'exceptionnel réside dans une qualité pareille à celle de l'aimant ; un bon thème attire tout un système de connexions, il coagule chez l'auteur, et plus tard chez le lecteur, une immense quantité de notions, de semi-visions, de sentiments et même d'idées qui flottaient virtuellement dans sa mémoire ou sa sensibilité.
  • Je crois qu'écrire pour une révolution, qu'écrire au sein d'une révolution, qu'écrire révolutionnairement, ne signifie pas, comme beaucoup le croient, écrire obligatoirement sur cette révolution.
  • Un conte est significatif quand il brise ses propres limites avec cette explosion d'énergie spirituelle qui illumine brusquement une chose qui va bien au-delà de la petite et parfois misérable anecdote qu'il raconte.