Citations - Jean Paul

Un article de Famous Quotes, la ressource libre de citations.

Jump to: navigation, search


Johann Paul Friedrich Richter (1763 - 1825), écrivain, poète, publiciste et pédagogue allemand.

Sommaire

Œuvres

Blumen, Frucht und Dornenstücke

  • Homme sans femme, tête sans corps ; femme sans homme, corps sans tête.
  • La société la plus spirituelle n'est pas celle que les tailleurs, mais celle que les relieurs habillent.
  • La vertu n'embellit pas toujours, mais le vice toujours enlaidit.
  • Les dieux de la vengeance exercent en silence.

Die unsichtbare loge

  • Le souvenir est le seul paradis dont nous ne puissions être expulsés.

Encyclopædia Universalis

  • Les personnages les mieux définis, les meilleurs d'un poète, sont les deux pôles de sa nature. Chaque poète enfante son ange et son démon singuliers.

Être là dans l'existence

  • Chaque livre a son point faible, comme chaque homme a un derrière.
  • Il n'y a pas plus de rectitude dans le caractère et l'activité d'un diplomate que dans un tire-bouchon.
  • Il suffit d'une guerre dans un pays pour avoir aussitôt les meilleures informations sur sa géographie.
  • Il y a peu de mauvaises phrases dont un grand auteur ne saurait faire une bonne en la déplaçant.
  • L'art est un arrosoir, mais la nature a les nuages.
  • L'humilité est l'habit de gala que revêt la fierté quand elle est de sortie.
  • L'oraison funèbre est la prière avant que les asticots se mettent à table.
  • La misanthropie de la vieillesse est moins une haine qu'une indigestion des autres.
  • La poésie éclaire comme un feu d'artifice, elle ne veut pas chasser la nuit, mais, au contraire, en tirer parti.
  • La seule chose que l'on peut obtenir à temps des artisans, c'est un cercueil.
  • Le mariage est comme le tiret en imprimerie : il sépare et relie.
  • Les asticots et les flatteurs révèlent une terre grasse.
  • Les païens arrivent au ciel en passagers clandestins, à l'insu des théologiens postés aux frontières.
  • On croit faire une fleur à Dieu en imprimant son nom en majuscules.
  • Se marier dans sa jeunesse, c'est comme faire l'acquisition d'un poêle en plein été ; ce n'est qu'en hiver qu'on sait s'il chauffe ou s'il fume.
  • Un puceron a plus d'ancêtres qu'un éléphant.

Journal (6 Novembre 1790)

  • La mort nous fait présent d'un nouveau monde et cet anéantissement invraisemblable n'est qu'un sommeil.

La vie de Quintus Fixlein

  • L'amour meurt d'indigestion.
  • Le désespoir est le suicide du cœur.

Le jubilé

  • Une préface ne doit être qu'un titre plus long.

Siebenkäs

  • À quoi sert de discerner des malentendus si leurs sources subsistent ?
  • Il est une ivresse lyrique du cœur où l'on ne devrait pas écrire de lettres, parce que cinquante ans après elles peuvent tomber entre les mains de gens auxquels manquent à la fois le cœur et l'ivresse.
  • J'ai traversé, pénétré les soleils, et volé grâce aux voies lactées à travers les déserts du ciel ; mais il n'est aucun dieu.
  • L'intention d'un péché se trahit par une prudence exagérée.
  • On a honte d'être encore en vie quand les plus grands hommes l'on perdue.
  • Quand vers eux [nos morts] la nostalgie nous emporte, ce n'est qu'une manière plus mélancolique de les aimer encore.

Titan

  • La femme amoureuse est audacieuse sans le savoir.

Vie de Maria Wutz

  • À 11 h 1 / 2 du soir, deux de ses meilleurs amis de jeunesse s'approchèrent une dernière fois du lit de Wutz comme pour prendre congé de lui : c'était le sommeil et le rêve.
  • Enfin l'ange de la mort tira sur le visage un blême suaire et arracha de sa caisse pleine de terre organique l'âme en fleurs avec toutes ses racines. Mourir est un acte sublime : derrière les noires draperies, la mort solitaire accomplit un silencieux miracle et travaille pour l'autre monde.
  • Il y a deux sortes de jeux d'enfants : les jeux puérils et les jeux sérieux. Les jeux sérieux consistent à imiter les grandes personnes : on joue au marchand, au soldat, à l'artisan ; les jeux puérils consistent à singer les animaux.

Correspondances

Lettre (3 Novembre 1793)

  • [L'amitié], cet unisson de la poitrine, quand une même corde tendue d'un cœur à l'autre vibre sur tous deux... Cette amitié est plus généreuse que l'amour, plus rare et plus grande que l'amour dont tout humain est capable.

Attribuées

  • De la santé, du sommeil et de la richesse, on ne jouit pleinement qu'après les avoir perdus et retrouvés.
  • L'expérience est un bon remède, mais on ne le prend jamais qu'après la guérison du mal.
  • L'ironie et l'intelligence sont sœurs de sang.
  • La véritable esthétique ne sera donc écrite que par un homme capable d'être à la fois poète et philosophe.
  • Le timide a peur avant le danger, le lâche au milieu du danger, le courageux après le danger.
  • Les femmes ressemblent aux maisons espagnoles, qui ont beaucoup de portes et peu de fenêtres. Il est plus facile d'y pénétrer que d'y voir clair.
  • Les Grecs donnent aux dieux le bonheur, aux hommes la vertu ... L'art et la poésie n'étaient pas emprisonnés, ensevelis derrière les murs d'une capitale, ils planaient au contraire et flottaient sur la Grèce entière.
  • Méprise la vie pour en jouir.
  • On ne découvre jamais mieux son caractère qu'en parlant de celui d'autrui.
  • Tous les sentiments ont ceci de particulier que l'on croit les éprouver seul.
  • Un petit peu trop fait plus de mal qu'un petit peu moins.
  • Un peu de variété vaut mieux que beaucoup de monotonie.