Citations - Denis Diderot

Un article de Famous Quotes, la ressource libre de citations.

Jump to: navigation, search


Denis Diderot, (1713 - 1784) , écrivain et philosophe français.

XVIIe siècle
Denis Diderot
Denis Diderot est un écrivain et philosophe français.
  • Sa biographie
  • Ses textes dans le domaine public


Sommaire


Œuvres

Additions aux Pensées philosophiques

  • C'est l'éducation de l'enfance qui empêche un enfant de se faire baptiser ; c'est l'éducation de l'enfance qui empêche un chrétien de se faire circoncire ; c'est la raison de l'homme fait qui méprise également le baptême et la circoncision.
  • S'il y a cent mille damnés pour un sauvé, le diable a toujours l'avantage sans avoir abandonné son fils à la mort.
  • Si la raison est un don du Ciel et que l'on en puisse dire autant de la foi, le Ciel nous a fait deux présents incompatibles et contradictoires.

Encyclopédie

  • Aucun homme n'a reçu de la nature le droit de commander aux autres.
  • L'expérience est la mémoire de beaucoup de choses.
  • L'histoire ne nous fournit que des exemples de paix violées, de guerres injustes et cruelles, de champs dévastés, de villes réduites en cendres.
  • Les naturalistes sont ceux qui n'admettent point de Dieu, mais qui croient qu'il n'y a qu'une substance matérielle. […] Naturaliste en ce sens est synonyme d'athée, spinoziste, matérialiste, etc.
  • Un homme appliqué solitairement à quelque branche de la science humaine, la portera aussi loin qu'elle peut être portée par les efforts d'un individu. Ajoutez au travail de cet individu extraordinaire, celui d'un autre, et ainsi de suite, jusqu'à ce que vous ayez rempli l'intervalle d'une révolution, à la révolution la plus éloignée ; et vous vous formerez quelque notion de ce que l'espèce entière peut produire de plus parfait.
  • L'Encyclopédie peut aisément s'améliorer ; elle peut aussi aisément se détériorer. Mais le danger auquel il faudra principalement obvier, et que nous aurons prévu, c'est que le soin des éditions subséquentes ne soit pas abandonné au despotisme d'une société, d'une compagnie, quelle qu'elle puisse être.

Jacques le fataliste

  • Tous les jours, on couche avec des femmes qu'on n'aime pas, et l'on ne couche pas avec des femmes qu'on aime.

La religieuse

  • La bonne religieuse est celle qui apporte dans le cloître quelque grande faute à expier.

Le Neveu de Rameau

  • Le vrai, le bon, le beau ont leurs droits. On les conteste, mais on finit par admirer.

Lettre sur les aveugles

  • Si vous voulez que je croie en Dieu, il faut que vous me le fassiez toucher.
  • Tout s'anéantit, tout périt, tout passe ; il n'y a que le monde qui reste. Il n'y a que le temps qui dure.

Paradoxe sur le comédien

  • L'amour ôte l'esprit à ceux qui en ont et en donne à ceux qui n'en ont pas.

Pensées philosophiques

  • Ce qu'on n'a jamais mis en question n'a point été prouvé.
  • Il ne faut pas imaginer Dieu ni trop bon, ni méchant. La justice est entre l'excès de la clémence et la cruauté, ainsi que les peines finies sont entre l'impunité et les peines éternelles.
  • Il y a des gens dont il ne faut pas dire qu'ils craignent Dieu, mais bien qu'ils en ont peur.
  • L'idée qu'il n'y a pas de Dieu ne fait trembler personne ; on tremble plutôt qu'il y en ait un.
  • L'incrédulité est quelquefois le vice d'un sot, et la crédulité le défaut d'un homme d'esprit.
  • La superstition est plus injurieuse à Dieu que l'athéisme.
  • Le déiste seul peut faire tête à l'athée. Le superstitieux n'est pas de sa force; son Dieu n'est qu'un être d'imagination.
  • Le Dieu des chrétiens est un père qui fait grand cas de ses pommes et fort peu de ses enfants.
  • On risque autant à croire trop qu'à croire trop peu.
  • Parce qu'un homme a tort de ne pas croire en Dieu, avons-nous raison de l'injurier ? On n'a recours aux invectives que quand on manque de preuves.
  • Quel est donc ce Dieu ? Un Dieu plein de bonté… Un Dieu plein de bonté trouverait-il du plaisir à se baigner dans les larmes?
  • Tous les peuples ont de ces faits, à qui, pour être merveilleux il ne manque que d'être vrais ; avec lesquels on démontre tout, mais qu'on ne prouve point ; qu'on n'ose nier sans être impie, et qu'on ne peut croire sans être imbécile.

Poésies diverses

allusion à une phrase de Jean Meslier

  • Et ses mains ourdiraient les entrailles du prêtre,
    A défaut d'un cordon, pour étrangler les rois.

Supplément au Voyage de Bougainville

  • Nous parlerons contre les lois insensées jusqu'à ce qu'on les réforme ; et, en attendant, nous nous y soumettrons. Celui qui, de son autorité privée, enfreint une mauvaise loi, autorise tout autre à enfreindre les bonnes.
  • Méfiez-vous de celui qui veut mettre de l'ordre ; ordonner, c'est toujours se rendre le maître des autres en les gênant.

Correspondances

Lettres à Sophie Volland

(non datée)

  • La perfection évangélique n'est que l'art funeste d'étouffer la nature…

26 septembre 1762

  • "Ce qui caractérise le philosophe et le distingue du vulgaire, c'est qu'il n'admet rien sans preuve, qu'il n'acquiesce point à des notions trompeuses et qu'il pose exactement les limites du certain, du probable et du douteux. Cet ouvrage produira sûrment avec le temps une évolution dans les esprits, et j'espère que les tyrans, les oppresseurs, les fanatiques et les intolérants n'y gagneront pas.

Nous aurons servi l'humanité."

Lettre à Voltaire (11 juin 1749)

  • Je crois en Dieu, quoique je vive très bien avec les athées. Je me suis aperçu que les charmes de l'ordre les captivaient malgré qu'ils en eussent ; qu'ils étaient enthousiastes du beau et du bon, et qu'ils ne pouvaient, quand ils avaient du goût, ni supporter un mauvais livre, ni entendre patiemment un mauvais concert, ni souffrir dans leur cabinet un mauvais tableau, ni faire une mauvaise action.

Attribuées

  • Celui qui t'entretient des défauts d'autrui entretient les autres des tiens.
  • Dans la nature, toutes les espèces se dévorent : toutes les conditions se dévorent dans la société.
  • Dieu n'a fait ni maître ni serviteur, je ne veux donner ni recevoir de lois.
  • Dieu : un père comme celui-là, il vaut mieux ne pas en avoir.
  • Dire que l'homme est un composé de force et de faiblesse, de lumière et d'aveuglement, de petitesse et de grandeur, ce n'est pas lui faire son procès, c'est le définir.
  • Il est bien rare que le cœur mente ; mais on n'aime pas à l'écouter.
  • Il faut peut-être plus de force d'âme encore pour résister à la solitude qu'à la misère ; la misère avilit, la retraite déprave.
  • Il faut souvent donner à la sagesse l'air de la folie, afin de lui procurer ses entrées.
  • Il n'y a dans ce monde que la vertu et la vérité qui soient dignes de m'occuper.
  • Il n'y a plus de patrie ; je ne vois d'un pôle à l'autre que des tyrans et des esclaves.
  • Il n'y a qu'un devoir, c'est d'être heureux.
  • Il n'y a que les passions et les grandes passions, qui puissent élever l'âme aux grandes choses.
  • Il y a des hommes dont il est glorieux d'être haï.
  • Il y a longtemps que le rôle de sage est dangereux parmi les fous.
  • Il y a plus loin d'une femme à son premier amant, que de son premier au dixième.
  • Je ne sais ce que c'est que des principes, sinon des règles qu'on prescrit aux autres pour soi.
  • L'esprit dit de jolies choses et n'en fait que de petites.
  • L'homme est le terme unique d'où il faut partir et auquel il faut tout ramener.
  • L'homme le plus heureux est celui qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres.
  • L'indifférence fait les sages et l'insensibilité les monstres.
  • L'observation recueille les faits ; la réflexion les combine ; l'expérience vérifie le résultat de la combinaison.
  • La raison sans les passions serait presque un roi sans sujets.
  • Le consentement des hommes réunis en société est le fondement du pouvoir.
  • Le poète a reçu de la nature la qualité qui distingue l'homme de génie : l'imagination.
  • Le premier pas vers la philosophie, c'est l'incrédulité.
  • Les passions détruisent plus de préjugés que la philosophie.
  • On est dédommagé de la perte de son innocence par celle de ses préjugés.
  • Un mot n'est pas la chose, mais un éclair à la lueur duquel on l'aperçoit.

référence manquante

  • Lorsqu'on a réussi une oeuvre utile, on a le devoir de l'exposer. La modestie n'étant alors que sottisie ou hypocrisie.