Citations - Charles Péguy

Un article de Famous Quotes, la ressource libre de citations.

Jump to: navigation, search


Charles Pierre Péguy (1873 - 1914), écrivain et poète français.

Sommaire

Œuvres

Les Cahiers de la quinzaine

  • Homère est nouveau ce matin et rien n'est peut-être aussi vieux que le journal d'aujourd'hui.
  • L'ordre, et l'ordre seul, fait en définitive la liberté. Le désordre fait la servitude.
  • La calomnie est en politique moins gênante que la manifestation de la vérité.
  • Le gouvernement parlementaire n'est pas tant le gouvernement de la tribune ; et même, il n'est pas tant le gouvernement des commissions ; il est le gouvernement des couloirs.
  • Les politiques eux-mêmes pensent comme nous de la politique ; ils sont les premiers à l'estimer ce qu'elle vaut ; c'est-à-dire à la mépriser.
  • Tout père sur qui son fils lève la main est coupable : d'avoir fait un fils qui levât la main sur lui.
  • Un véritable savant, qui travaille dans son laboratoire, n'écrit point science avec un grand S.
  • Une amitié est perdue quand il faut penser à la défendre.
  • Une capitulation est essentiellement une opération par laquelle on se met à expliquer au lieu d'agir.

Clio

  • Le vieillissement est essentiellement une opération de mémoire. Or c'est la mémoire qui fait toute la profondeur de l'homme.
  • Quand il s'agit d'histoire ancienne, on ne peut pas faire d'histoire parce qu'on manque de références. Quand il s'agit d'histoire moderne, on ne peut pas faire d'histoire, parce qu'on regorge de références.

Eve

  • Femmes, je vous le dis, vous rangeriez Dieu même.
  • Heureux ceux qui sont morts
    Dans une juste guerre
    Heureux les épis mûrs
    Et les blés moissonnés !

L'argent

  • Le modernisme est un système de complaisance. La liberté est un système de déférence. La liberté est un système de courage. La liberté est la vertu du pauvre.
  • Tout est joué avant que nous ayons douze ans.
  • Une revue n'est vivante que si elle mécontente chaque fois un bon cinquième de ses abonnés.

Le mystère de la charité de Jeanne d'Arc

  • Celui qui manque trop du pain quotidien n'a plus aucun goût au pain éternel.

Le mystère des Saints-Innocents

  • C'est embêtant, dit Dieu, quand il n'y aura plus ces Français. Il y a des choses que je fais, il n'y aura plus personne pour les comprendre.

Le porche du mystère de la deuxième vertu

  • Le plus infime des pécheurs peut faire avorter une espérance de Dieu. Les calculs de Dieu peuvent ne pas tomber juste. La sagesse de Dieu par nous peut défaillir. Et nous pouvons faire tout manquer.

Note conjointe sur Monsieur Descartes

  • Aimer, c'est donner raison à l'être aimé qui a tort.
  • La mémoire et l'habitude sont les fourriers de la mort.

Notre jeunesse

  • Ceux qui se taisent, les seuls dont la parole compte.
  • En politique, on ne s'entendra jamais. Mais c'est peut-être ce que demandent les partis. C'est peut-être le jeu des partis.
  • Il faut tout de même voir qu'il y a des ordres apparents qui recouvrent, qui sont les pires désordres.
  • Il y a des ordres injustes, qui cachent les pires désordres.
  • La mystique est la force invincible des faibles.
  • La politique se moque de la mystique, mais c'est encore la mystique qui nourrit la politique même.
  • La seule force, la seule valeur, la seule dignité de tout ; c'est d'être aimé.
  • Tout parti vit de sa mystique et meurt de sa politique.

Pensées

  • L'amitié est une opération d'une fois.
  • Les dévots. Parce qu'ils ne sont pas de l'homme ils croient qu'ils sont de Dieu. Parce qu'ils n'aiment personne, ils croient qu'ils aiment Dieu.
  • Tel est le mystère de la liberté de l'homme, dit Dieu...
    Si je le soutiens trop, il n'est plus libre
    Et si je ne le soutiens pas assez, il tombe.

Pour la rentrée

  • Quand une société ne peut pas enseigner, c'est que cette société ne peut pas s'enseigner.

Victor-Marie comte Hugo

  • Heureux deux amis qui s'aiment assez pour (savoir) se taire ensemble.
  • Les pères de famille, ces grands aventuriers du monde moderne.
  • Quarante ans est un âge terrible. Car c'est l'âge où nous devenons ce que nous sommes.

Attribuées

  • C'est un insupportable abus de l'autorité paternelle que de vouloir imposer aux générations neuves les radotages des géné rations vieillies que nous sommes.
  • Dieu ne s'occupe pas des fins de mois.
  • Il y a des larmes d'amour qui dureront plus longtemps que les étoiles du ciel.
  • Il y a quelque chose de pire que d'avoir une mauvaise pensée. C'est d'avoir une pensée toute faite.
  • Je me permets quelquefois de réfléchir entre mes repas, ce qui me fait perdre énormément de temps.
  • Le classique se connaît à sa sincérité, le romantique à son insincérité laborieuse. Préface de La grève de Jean Hugues
  • Le droit ne fait pas la paix, il fait la guerre.
  • Le juif est un homme qui lit depuis toujours, le protestant est un homme qui lit depuis Calvin, le catholique est un homme qui lit depuis Ferry.
  • Le monde est plein d'honnêtes gens. On les reconnaît à ce qu'ils font les mauvais coups avec plus de maladresse.
  • Le triomphe des démagogies est passager, mais les ruines sont éternelles.
  • On reconnaît les honnêtes gens à ce qu'ils font leurs mauvais coups avec plus de maladresse que les autres.
  • Un juge habitué est un juge mort pour la justice.
  • Un mot n'est pas le même dans un écrivain et dans un autre. L'un se l'arrache du ventre. L'autre le tire de la poche de son par-dessus.
  • Une âme morte est une âme complètement habituée.
  • Une grande philosophie n'est pas celle qui installe une vérité définitive, c'est celle qui introduit une inquiétude.