Citations - Charles Baudelaire

Un article de Famous Quotes, la ressource libre de citations.

Jump to: navigation, search


Charles Pierre Baudelaire (1821 - 1867), poète français.

Sommaire

Œuvres

Bénédiction

  • Le Poète apparaît en ce monde ennuyé [...]
    Tous ceux qu'il veut aimer l'observent avec crainte,
    Ou bien, s'enhardissant de sa tranquillité,
    Cherchent à qui saura lui tirer une plainte,
    Et font sur lui l'essai de leur férocité.

Journaux intimes

  • Dieu est le seul être qui, pour règner, n'ait même pas besoin d'exister.

L'invitation au voyage

  • Mon enfant, ma soeur,
    Songe à la douceur
    D'aller là-bas vivre ensemble !
    Aimer à loisir,
    Aimer et mourir
    Au pays qui te ressemble !

Le Spleen de Paris

  • L'étude du beau est un duel où l'artiste crie de frayeur avant d’être vaincu.

Les fleurs du mal

  • Amis de la science et de la volupté,
    Ils cherchent le silence et l'horreur des ténèbres ;
    L'Erèbe les eût pris pour des coursiers funèbres,
    S'ils pouvaient au servage incliner leur fierté. Les chats
  • Il est des parfums frais comme des chairs d'enfant,
    Doux comme des hautbois, verts comme les prairies,
    — Et d'autres, corrompus, riches et triomphants. Correspondances
  • Ils prennent en songeant les nobles attitudes
    Des grands sphinx allongés au fond des solitudes,
    Qui semblent s'endormir dans un rêve sans fin ;
    Leurs reins féconds sont pleins d'étincelles magiques,
    Et des parcelles d'or, ainsi qu'un sable fin,
    Étoilent vaguement leurs prunelles mystiques. Les chats
  • Je trône dans l'azur comme un sphinx incompris ;
    J'unis un cœur de neige à la blancheur des cygnes ;
    Je hais le mouvement qui déplace les lignes ;
    Et jamais je ne pleure et jamais je ne ris. La Beauté
  • Le poète est semblable au prince des nuées
    Qui hante la tempête et se rit de l'archer ;
    Exilé sur le sol, au milieu des huées,
    Ses ailes de géant l'empêchet de marcher. L'albatros
  • Les parfums, les couleurs et les sons se répondent. Correspondances
  • Le vert paradis des amours enfantines [...]
  • Nos deux cœur seront deux vastes flambeaux,
    Qui réfléchiront leurs doubles lumières
    Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux.
  • ... Pour entendre un de ces concerts riches de cuivre
    Dont les soldats parfois innondent nos jardins
    Et qui, dans ces soirs d'or où l'on se sent revivre,
    Versent quelque héroïsme au cœur des citadins. Tableaux parisiens, Les petites vieilles
  • Souvent pour s'amuser, les hommes d'équipage
    Prennent des albatrois, vastes oiseaux des mers,
    Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
    Le navire glissant sur les gouffres amers. L'albatros

Mon cœur mis à nu

  • Avis aux non-communistes : tout est commun, même Dieu.
  • Pourquoi le spectacle de la mer est-il si infiniment et si éternellement agréable ? Parce que la mer offre à la fois l'idée de l'immensité et du mouvement. Six ou sept lieues représentent pour l'homme le rayon de l'infini. Voilà un infini diminutif. Qu'importe, s'il suffit à suggérer l'idée de l'infini total ? Douze ou quatorze lieues de liquide en mouvement suffisent pour donner la plus haute idée de beauté qui soit offerte à l'homme sur son habitacle transitoire.

Les Salons

  • Pour être juste, c’est-à-dire pour avoir sa raison d’être, la critique doit être partiale, passionnée, politique.

Attribuées

  • Ah! Que le monde est grand à la clarté des lampes! Aux yeux du souvenir que le monde est petit!
  • Aimer les femmes intelligentes est un plaisir de péderaste.
  • Balzac, grand terrible, complexe aussi, figure le monstre d'une civilisation, et toutes ses luttes, ses ambitions et ses fureurs.
  • Bien qu'on ait du coeur à l'ouvrage, l'Art est long et le temps est court.
  • Ce qu'il y a d'enivrant dans le mauvais goût, c'est le plaisir aristocratique de déplaire.
  • Ce qui est créé par l'esprit est plus vivant que la matière.
  • J'ai toujours été étonné qu'on laissât les femmes entrer dans les églises. Quelle conversation peuvent-elles tenir avec Dieu ?
  • J'aime passionnément le mystère, parce que j'ai toujours l'espoir de le débrouiller.
  • La femme est naturelle, c'est-à-dire abominable.
  • La plus grande malice du diable est de faire croire qu'il n'existe pas.
  • La volupté unique et suprême de l'amour gît dans la certitude de faire le mal.
  • Le beau est toujours bizarre.
  • Les nations n'ont de grands hommes que malgré elles, comme les familles.
  • Manier savamment une langue, c'est pratiquer une espèce de sorcellerie évocatoire.
  • Si le vin disparaissait de la production humaine, il se ferait dans la santé et dans l'intelligence un vide, une absence plus affreuse que tous les excès dont on le rend coupable.
  • Un éclectique est un navire qui voudrait marcher avec quatre vents.
  • Un homme qui ne boit que de l'eau a un secret à cacher à ses semblables.